ROMANS

P’tit CV pense-bête résumé.

Allez dans les sous-menus pour en savoir plus

Écrivain de Romans depuis l’âge de 16 ans, Mallock a beaucoup écrit et beaucoup… jeté, (Heureusement) ne conservant, en vue d’édition, que ce qu’il pensait le mériter, en l’occurrence : deux romans classiques, deux romans de littérature « inclassables » : « Le Volcan Lunatique » et « Le Bal des Hippocampes » et une série de « littérature policière » : Les Chroniques Barbares. Les Chroniques Barbares, Heptologie ou Septologie de littérature policière, ont été conçues et planifiées, dés le départ, comme un tout afin d’obtenir une parfaite cohérence dans l’évolution des personnages et de leurs sentiments, ainsi que dans les moindres détails matériels de leurs vies. En plaçant chaque aventure dans le cadre d’un « grand tout » se déroulant sur une vingtaine d’années, l’auteur souhaitait également donner plus d’ampleur, de tension dramatique, d’affectivité et de variété à chacun des épisodes. Cependant, chaque histoire, parfaitement originale, reste totalement indépendante de la suivante, afin que l’on puisse lire les différentes enquêtes, à la suite, mais également dans l’ordre du hasard. 

Toutes les sorties

« Le cimetière des Hirondelles »

Janvier 2013 au FLEUVE NOIR

« Les Visages de Dieu »

Février 2014 chez POCKET

« Les Larmes de Pancrace »

Février 2014 au FLEUVE NOIR

« Le Massacre des Innocents »

Octobre 2014 chez POCKET

Egalement en 2013 (Octobre) en ITALIE :« Le cimetière des Hirondelles »

Egalement en 2014 (janvier) en UK et USA :« Le cimetière des Hirondelles »

En 2014 en ITALIE :« Les Visages de Dieu » « I VOLTI DI DIO »

Finaliste du prestigieux prix BANCARELLA

En 2015 en UK et USA :« Les Visages de Dieu » sélectionné DAGGER

PROGRAMMATION Février 2016

La 5° Chronique Barbare : « LE PRINCIPE DE PARCIMONIE »

et le même jour la réédition « très spéciale » en format « Director’s Cut » de :

« LE CIMETIÈRE DES HIRONDELLES » « et de « LES LARMES DE PANCRACE »

AUX USA = UK + ITALIE : « Le Massacre des Innocents »

• 1 •

« Les visages de Dieu »

Cauchemar sur Paris, Mallock, est chargé de retrouver un tueur en série. L’extrême cruauté et l’originalité morbide de son Mode Opératoire se révèlent éprouvantes pour les enquêteurs. Au « Fort Mallock » où travaillent les lieutenants du commissaire, on ne trouve pas le moindre point commun psychosociologique ou morphologique entre les différentes victimes. Celui que l’on a baptisé : le « maquilleur » les farde méticuleusement avant de les photographier, puis de les massacrer. C’est alors qu’un faisceau de preuves accuse la propre infirmière du commissaire, Amélie Maurel. Tout se précipite : tentative de meurtre sur Amélie, apparition du FBI sur le sol français, et nouvelle incroyable : le Maquilleur sévirait déjà depuis plus d’un demi-siècle ! Utilisant tout à la fois les technologies les plus modernes à sa disposition, ainsi que ses mauvaises habitudes de « vieux dos argenté mangeur de cannabis », Mallock va forcer ses intuitions jusqu’à ce qu’elles lui révèlent la vérité. Le Maquilleur, collectionneur et fabricant d’Icônes, choisissait ses victimes pour en photographier la part divine. En cumulant les clichés des plus belles créatures que Dieu avait dessinées à son image, en les travaillant, le Maquilleur espérait en retour pouvoir les synthétiser et contempler enfin : le visage de Dieu. Qui sommes-nous ? Dieu existe-t-il ? Ici, tout est à l’envers, c’est l’assassin qui vénère Dieu, et c’est l’Iconoclaste qui fabrique les Icônes ! D’où un récit parcellé d’idées et d’images religieuses, dans lequel l’âme des hommes souffre. Celle d’Amédée Mallock le commissaire au grand cœur, au cœur lourd, celle des victimes crucifiées, empalées, vierges sanglantes, et celle du meurtrier, peintre de l’enfer à la recherche du visage de celui qui l’a condamné, sans même l’avoir écouté. Sur cette toile de fond, des personnages avancent en quête de vérité, inconscients du danger. Car c’est dans une toile d’araignée que viendront se prendre les plus fragiles d’entre eux. Pour accroître encore l’angoisse crée par cette ambiance démoniaque, de multiples rebondissements surgiront ça et là, rendant encore plus instables les certitudes du Commissaire, comme celles du lecteur tout le long de ce «Thriller Théologique»

• 2 •

« Le massacre des innocents »

Une Tour Eiffel, un ciel bleu, un soleil citron, une petite fille en robe jaune à pois blancs, son papa, sa maman, son frère et un policier en sueur qui monte avec eux dans l’ascenseur. Il n’y a rien là de bien inquiétant, du moins avant que l’homme en uniforme n’ouvre le feu. En dehors de la petite fille, aucun touriste ne survivra. Ainsi commence la quatrième enquête d’Amédée Mallock. Pas le temps d’enquêter sur le policier, du côté de Bordeaux, un professeur de français prend sa classe comme stand de tir, une femme de député assassine sauvagement son mari, une jeune fille massacre toute sa famille… Les massacres continuent ! S’agit-il de terroristes ? D’une secte ? D’une maladie ? Le mystère est complet et la panique à son comble. Pour la première fois depuis la guerre d’Algérie, la France connaît le couvre-feu et l’armée est déployée dans les rues. Tout le monde, à chaque instant, est susceptible d’être victime d’un accès de rage meurtrière. Dans cette quatrième « chronique barbare », le personnage de Mallock prend une dimension nationale et se heurte aux inconvénients de la célébrité. Exposé, il lutte sur tous les fronts, tentant d’endiguer l’irresponsabilité des médias, d’organiser l’inorganisable et continuer à enquêter dans une atmosphère de folie furieuse. L’enquête, par ses implications, comme par l’ampleur des tueries, quitte ici le champ traditionnel du « policier » pour faire un tour du côté des « Thrillers littéraires» horrifiques. Après une réflexion sur l’extrême vulnérabilité de notre société, la conclusion de l’enquête ramènera le lecteur dans le domaine du policier traditionnel. Lors de cette enquête, les rapports de Mallock avec son équipe se renforcent. Il se découvre piètre psychologue et, trahi par l’un d’entre eux, il devra s’en séparer. Un autre, lors d’une scène dramatique, côtoiera la mort, et Mallock comprendra l’attachement sentimental qui le lie vraiment à son groupe de sang. Son Tom est mort et, si son cœur de père est mort avec lui, son cœur de commissaire fonctionne encore.

• 3 •

« Le Cimetière des hirondelles »

« Je l’ai tué, parce qu’il m’avait tué » : la déclaration de Manuel aux policiers de St Domingue laissera le commissaire Mallock devant une véritable énigme : pourquoi le frère de Julie, sa collaboratrice, a-t-il tout sacrifié pour partir assassiner un vieillard dans une île des Caraïbes ? Dans l’espoir de sauver Manuel, Mallock devra retirer son costume cartésien, porter des shorts et accepter de se poser de bien curieuses questions : Manuel est-il le fantôme d’un soldat de la 2° guerre mondiale ? La victime était-elle cannibale ? La vengeance se réincarne-t-elle en même temps que les âmes ? Ses investigations sur place plongeront Mallock dans une jungle étrange, envahie de superstitions humides, d’ambre et de pulsions inavouables. Mallock continuera alors son enquête, tout à la fois, au fond d’un puits rempli de cadavres d’hirondelles, mais aussi au centre de Paris, dans les sous-sols de l’Arc de Triomphe. La vérité, réconciliant rationnel et fantastique, laissera tout le Monde stupéfait. Dans cette troisième chronique barbare, «thriller d’aventure méthaphysique» le personnage de Mallock se complexifie encore un peu plus. À sa panoplie d’ours vient se greffer un sens de l’autodérision décapant. Comme toujours l’émotion est présente tout au long du récit. Mais ici, elle ne concerne plus seulement le personnage de Mallock, toujours en deuil de son petit Tom adoré. Les trois parties du livre ont chacune une atmosphère différente, faisant voyager le lecteur dans trois couleurs complémentaires. À la chaleur étouffante et au soleil brillant de la première partie, succède le noir de la forêt, des uniformes SS et de la mort. La troisième partie est, quant à elle, blanche, comme la tempête de neige qui tombe sur Paris, le visage incrédule et terrifié des protagonistes et la vérité sortant littéralement et physiquement du puits.

• 4 •

« Les Larmes de Pancrace »

Comment un crime perpétré au moyen-âge par le vicomte Pancrace, peut-il déclencher, 7 siècles plus tard, toute une série de meurtres ? Jean de Renom, propriétaire d’un grand cru classé, est sauvagement assassiné dans son château du Bordelais. Suspectée puis mise en accusation, son épouse Camille est finalement incarcérée. L’affaire fait d’autant plus de bruit que la mère de la jeune-femme, Sophie Corneille, est non seulement députée, mais également candidate à la présidence de la République. Pris dans des conflits d’intérêts et des luttes de pouvoir, le commissaire divisionnaire Amédée Mallock va se trouver dans l’obligation de résoudre rapidement une énigme aussi exceptionnelle qu’incompréhensible. Charnier, meurtres en chambre close, procès, secrets de famille, chevalier et demoiselle en détresse, Mallock devra faire appel à tous ses talents de commissaire… visionnaire. Finalement, ce n’est qu’en remontant dans le temps, en creusant au plus profond de la terre et des cœurs, qu’il parviendra à entrevoir et à arracher les racines du mal. A la lecture de cette quatrième enquête d’une ampleur singulière, on comprend pourquoi Amédée Mallock est en train de devenir l’une des figures incontournables de la littérature policière, tant en France qu’à l’étranger, où il est déjà traduit dans plusieurs  langues. « Mallock, n’a pas son pareil pour inventer des énigmes ahurissantes. » Madame Figaro 

Mallock devra lutter contre une sirène bleue sous fond de peste noire et de trésor rouge.

Comme pour tout le reste sur ce site, toutes les créations sont de J-D BRUET-FERREOL alias MALLOCK et sont protégées par les lois internationales du copyright © & ®

(TOUS LES TITRES ET PLANS SONT PROTÉGÉS À LA SGDL)

15 Comments on "ROMANS"

  1. Rongieres dit :

    Bonjour, je vous ai déjà écrit je pense pour le Massacre des innocents.
    Alors voila. Je lis votre dernier roman mi Guerre de cent ans et Peste Mi enquête.
    C’ets proprement génial. C’est bien ficelé, drôle érudit et je me régale. J’ai lu certaines critiques sur Amazon (très rares il faut le dire) et je me suis demandé quel cerveau avait leurs auteurs. Votre style me fait penser à Hubert Monteilhet mais vous avez un style à part, incomparable. On y trouve probablement votre manière de penser le monde et la vie qu eje partage, et les personnage ne sont pas seulement des acteurs d’une histoire mais donnent envie de les suivre, ce qu’on appelle de » l’épaisseur »
    Je lis beaucoup de romans de livres de philo et d’Histoire que j’enseigne (sur la médecine) j’ai écrit un livre « Leçons d’Histoire et d’épistémologie médicales  » chez Ellipses, mais ce roman et les autres me remplissent de joie.
    Certes je n’ai pas envie de vieillir mais continuez vite à nous enchanter par ces histoires très originales. C’est sincère.
    PS : J’ai appris le sens du titre « Pars et reviens tard » étant très intéressé par l’histoire des épidémies, Fred vargas étant le pseudonyme de Frédérique Audoin-Rouzaud qui est une chercheuse au CNRS en Archéozoologie, spécialiste des maladies infectieuses transmises par les animaux.

  2. Mallock dit :

    Très heureux d’avoir enfin votre Mail pour vous remercier du gentil commentaire que vous aviez déjà fait sur le « MASSACRE »
    Quel plaisir d’avoir de tels soutiens. (Je vous ai cherché à l’époque, mais vous ne semblez pas être sur FB ?)
    Pour info, aujourd’hui, tout se passe on ne peut mieux pour moi.
    Mes deux nouvelles maisons d’éditions FLEUVE Noir et POCKET sont parfaites, et poussent enfin mes livres, car elles y croient vraiment.
    J’ai sorti le « Cimetière des hirondelles » en Italie. Et je le sortirai également aux USA et en UK le 1 avril (Non, ce n’est pas une blague)
    Suivront « Les Visages de Dieu » dans ces trois pays en fin d’année, etc.
    Je tenais à vous répondre car vous avez été l’un des tout premiers à me soutenir.
    J’espère pouvoir vous serrer la main lors d’une des multiples séances de dédicaces que mon éditeur organise pour moi en ce moment…
    Bien amicalement
    Jean-Denis

  3. muriel dit :

    Bonjour,

    Je viens de decouvrir, par hasard, un de mes auteurs preferes! Un peu Vargas et un peu Albert Cohen, avec un zeste de Romain Gary, une touche de Brassens, et surtout sa propre identite totalement originale: Mallock, bienvenue dans ma bibliotheque!

    J ‘habite malheureusement a l ‘etranger et doit me contenter pour l’instant des deux seuls volumes parus en Kindle, et devores en deux jours.

    A quand tous les Mallocks en edition Kindle?

    Merci, et gros bisous puisqu ‘apres deux livres j ‘ai l ‘impression de bien vous connaitre!

    Muriel

  4. Johne326 dit :

    I do consider all the ideas you’ve presented on your post. They’re really convincing and can certainly work. Still, the posts are very brief for novices. May just you please extend them a little from next time? Thanks for the post. ceebddcgfkfk

  5. Jean-Luc dit :

    J’ai lu vos 3 premiers livres et je suis occupé avec le 4e.
    Il est un peu en perte de vitesse par rapport aux 3 autres (moins de suspense jusqu’à présent). Quand je l’aurai terminé, je vous dirai mon avis.
    J’attends avec impatience votre 5e livre.
    Merci Mallock

  6. Mallock dit :

    Surprise ! C’est la raison pour laquelle, pensant pouvoir l’améliorer et le monter au niveau des autres, je l’ai fait disparaitre des rayons (avec l’accord de mon éditrice) et le réédite en janvier 2016 dans une toute nouvelle version de PANCRACE, avec de nouvelles scènes et un Templier bien… différent ou différente, devrais-je dire 🙂 Le m^me jour, dans cette nouvelle collection, sortiront également le N° 3, le Cimetière, lui aussi revu mais bien plus légèrement, et le N° 5 : « LE PRINCIPE DE PARCIMONIE » Ils bénéficieront tous les trois d’une couverture et d’une illustration faites par un certain… Matlock 😉 Merci de votre fidélité.

  7. Mallock dit :

    No problem. Thanks for your remark and sorry for my poor english 😉

  8. Mallock dit :

    Pour être franc, je ne sais pas vraiment ce qui est en kindle ou non. je vais me renseigner auprès de mon éditrice. Le N° 5 des aventures de mon commissaire sort en janvier 2016, en m^me tamps que la réédition du N° 3 et du N° 4. Bien amicalement Muriel 🙂

  9. Mallock dit :

    J’attend votre avis 🙂

  10. dorsi77 dit :

    bonjour, je suis en train de lire Le Massacre des Innocents et il y a deux petites choses qui me dérangent : au début le commissaire de Bordeaux à 3 filles puis un peu plus loin on parle d’un ancien professeur de son fils. Puis p 220 (version pocket) 2eme tiret à la fin il y’a un je ne peut rien promettre c’est plutôt je ne peux rien promettre. Sinon j’ai adoré Les visages de dieu. Cordialement. Sandrine

  11. Mallock dit :

    Je vais vérifier la chose promptement 🙂 pour une prochaine réédition ! Merci infiniment de ces remarques et merci pour la fidélité.
    Rendez-vous le 11 février pour la sortie des 3 prochains dans un nouveau format.
    NB : Passez de belle fêtes chère Sandrine.

  12. Dorsi77 dit :

    Merci pour votre réponse. Je lirai la suite des aventures du commissaire Mallock avec plaisir. Bonne et heureuse année 2016.

  13. Mallock dit :

    J’ai continué l’enquête. Les deux premières Chroniques Barbares : « Les Visages de Dieu » et « Le Massacre des Innocents » devraient très bientôt sortir en Kindle, je viens de signer mon accord ! Amicalement à vous. Jean-Denis

  14. François dit :

    Bonsoir ;

    Je suis devant mon écran et je vais débuter le principe de Parcimonie ,
    je suis un gros lecteur de thriller et votre style m’enchante , je savoure
    ces quelques instants avant…Pour préparer des cornichons à la Russe…
    Merci infiniment…
    François

  15. Mallock dit :

    Bon… appétit ^^

Vous avez un commentaire ? Allez y !

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.