COCASSEDÉDICACES !

Il y a trois ans, m’étant retrouvé par hasard dans une grande surface en banlieue et en plein été pour y signer mes livres, et n’ayant pas grand chose à faire à part attendre l’apparition du désir de lire chez l’estivant « sandalé », j’avais écrit le petit poème que voilà :

 

 Il y a des aspects, tristes autant que cosasses

Pour l’écrivain assis, à faire des dédicaces

Être comme un clodo, rendu presqu’invisible

Par le passant passif à la tong paisible

 

Voilà que vient l’espoir avec son caddy plein

Mais lui non plus n’a rien à faire de l’écrivain

Il continue sa quête tout en vérifiant

L’absence, sur sa liste, d’un pareil condiment

 

Comme une poule qui tombe sur un fer à r’passer

Il passe et repassera, mais pas pour acheter

Pour observer la bête, lui demander peut-être

Si le courage lui vient, le chemin des toilettes

 

Ecrivains, excusons tous ces consommateurs

Qui détournent les yeux en regardant l’auteur

Eux qui sont terrifiés, accouch’ment estival

Par la rédaction de leurs cartes postales !

 

Cet article a 1 commentaire

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu