Notre-Dame de Paris…

En hommage, triste, à Notre-Dame de Paris qui m'accompagne depuis mon enfance, un extrait de mon dernier roman : "Le Principe de Parcimonie". J'en publierai un autre vendredi dans le cadre des textes inédits. Chapitre 53 du "Principe de Parcimonie" : Vendredi 9 décembre Belle nuit sans lune et sans nuages. Il y avait pas moins de 387 marches pour parvenir jusqu’en haut de la Tour Sud. Ockham les avait comptées, le sourire aux lèvres. Ses jambes auraient pu monter bien plus haut, et sans le moindre effort. Il se refit la réflexion : à l’instar de son esprit, son corps était une sorte de perfection. Autre motif de satisfaction et pied de nez au commissaire Mallock : l’entrée qui lui permettait actuellement de monter directement dans la Tour était située rue du Clos Notre-Dame à quelques pas du « 13 ». Une fois arrivé à l’étage des chimères, le Polichinelle jeta en œil vers le bas. La Seine s’étalait comme une sorte de pieuvre gigantesque sur la capitale. Elle en avait simplifié la…

Continuer la lecture

Premier Inédit de la nouvelle série…

Brut' de fonte, voilà un passage 'auto-censuré" qui mettait en scéne l'enlévement de Margot pendant l'affaire du "Principe de Parcimonie". J'avais dépassé le nombre raisonnable de page (l'enlévement s'étalait sur une dizaine de chapitres tout au long du livre). Je garde cependant cette mésaventure pour la placer éventuellement lors d'une prochaine Chronique barbare. Depuis le lundi 24 septembre, l'identité des trois journalistes enlevés par les Talibans étaient connue. Le groupe était constitué de la reine Margot, d'un cameraman-photographe : Pierrick Reck, dit Ric-Rac, et de José Dilota, son preneur de son. Leur mission : ramener du métrage de coupe, des reportages et des l'interviews exclusives. Ils étaient accompagnés de trois militaires dont un infirmier. Face à cette situation, Amédée était impuissant et il détestait ça. Si l'on avait réussi à "loger" les talibans, il aurait été le premier à monter dans un hélicoptère pour en découdre. Suppositoire de Felden pour la douleur, balles dumdum pour la fureur, l'ours en rage aurait même été capable de sauter en oubliant parachute et gilet seconde chance. Un…

Continuer la lecture

Nouvelle Série !

Nouvelle série en attendant la suite : morceaux choisis des "Chroniques Barbares". Extrait N° 1 : passage entre première et seconde partie des "Visages de Dieu" : Au détour du pilier, sous la chaire, il y avait une grande vasque de marbre clair en forme de coquille Saint-Jacques. Dedans, baignant dans son sang, un enfant d’environ un an, maquillé amoureusement comme un ange de fresque. Ses pieds et ses mains dépassaient de la baignoire mortuaire. Son petit ventre gonflé surnageait à la surface, îlot lunaire entouré de pourpre. Mallock fit, pour la première fois depuis la mort de Thomas, un signe de croix, avant de retirer son manteau et de le poser sous le bénitier. Il en sortit le petit compact numérique qu’il avait toujours sur lui, au cas où… – Appelle le 36, demanda-t-il à Léon en lui tendant son portable ! Qu’ils viennent avec les techniciens ! Sans attendre de réponse, il entreprit de prendre la scène en photo. Il tourna tout autour, multipliant les angles. Il fit aussi des plans plus…

Continuer la lecture

Mallock ouvre une nouvelle galerie numérique

En attendant l'ouverture d'une section peintures & photos sur ce site, Mallock vient d'ouvrir un Instagram désormais "exclusivement dédié à son travail d'artiste". C'est une galerie qui sera alimentée tous les jours avec d'd'anciennes ou de nouvelles œuvres (peinture, photographie ou technique mixte). C'est à l'adresse ci-dessous, abonnez-vous à ce nv flow et n'oublier pas d'y liker les photos que vous aimez : https://www.instagram.com/mallock_art/  

Continuer la lecture

Interview de Mallock en 20 questions dans « LiberoPensiero » (avec sa traduction)

1) Mallock est un homme solitaire qui aime la mer ? Le monde fait trop de bruits, ses souvenirs aussi. Le commissaire Mallock aime la solitude et le silence. Depuis la disparition de son fils, il est inconsolable. S’il continue à faire la cuisine c’est plus par habitude, un peu comme un poulet décapité qui continuerait à courir. On se bat, on se débat, et ça devient notre vie : un champs de bataille encombré de victoires et de deuils. 2) Le modele de roman policier pour vous. Simenon ou Thomas Harris ? Plutôt un mélange de Thomas Harris, de Céline et d’Albert Cohen, plus divers colorants alimentaires, 10% de graisse animale. Excipients : 0,00002 % de fausse modestie sous forme de traces résiduelles. 3) - L'opinion du commissaire sur les journalistes est terrible. Selon vous la démagogie a pris la place de l'objectivité et les journalistes ne pensent qu' à satisfaire leur rédacteur en chef. Est-ce vraiment comme ça la situation de la presse en France aujourd'hui ? Les journalistes sont asservis (Oooops…

Continuer la lecture

Mallock répond à ses chers impatients…

Lundi 15 octobre 2018, où en est Mallock ? Six romans sont terminés et déposés à la SGDL : "La Mélancolie du Cannibale" Sixième et avant dernière Chronique Barbare "La Folie Gaudi" Thriller d'un nouveau genre (sans le commissaire) "Le Ventre de l'Hippocampe" Thriller d'un nouveau genre (sans le commissaire) "Fallait pas tuer Maman !" Le premier roman "Feel Good" d'une éventuelle trilogie. + "Je donne ma Langue aux Papillons" Roman de littérature blanche bizarre sur la métamorphose d’un homme en… Couverture provisoire "Le Volcan Lunatique" Un roman de littérature blanche se déroulant sur une centaine de siècles. Couverture provisoire

Continuer la lecture
Anurag Kashyap, réalisateur indien, plébiscite « The Face of God »
India's movie director Anurag Kashyap poses during a photo call to present his latest movie "No Smoking" at the Rome International Film Festival October 24, 2007. REUTERS/Dario Pignatelli (ITALY)

Anurag Kashyap, réalisateur indien, plébiscite « The Face of God »

Réalisateur primé en Inde, Anurag Kashyap a placé "The Faces of God", la version anglaise des Visages de Dieu dans ses livres de chevet sur le site Business Standards. Un honneur venant du réalisateur de Gangs of Wasseypur. Un grand merci à lui !         

Continuer la lecture
Fermer le menu