Les Torpeurs d’hier

Ce soir, je confie au papier, ma douleur, aux mots, ma peine, et je les regarde dérouler l’histoire de ma vie. Paralysé, je me sens envahi par les torpeurs d’hier, l’odeur d’éther. École Fénelon. Un pion crie : « Septième verte à l’infirmerie ». Manche retroussée, sensation de froid sur le bras gauche, chaleur d’une cuisse. Petite plume d’acier, déchirure, sparadrap, sourire pour masquer l’entaille. Fini. Fraîcheur de l’air, tiédeur d’étude. La main droite se porte sur le pansement, démangeaison. Mon regard se perd dans les préaux de l’enfance. Platanes. Mémoire d’odeurs. Portes gravées des toilettes où baignaient de larges morceaux de pain saturés d’urine.          La nuit s'évertue. Tout est glacé, tout s’essouffle et s’emporte. C’est quoi qui nous poursuit ? Toujours et tout le temps ? C'est quoi qui nous empêche de rester immobiles, assis serein comme une montagne ? On vit, on meurt, on bâtit des barrières, et on souffle des bougies… rien ne restera. Ni ce que l’on dit au vent, ou ce que l’on grave dans le marbre des tombeaux, ni nos os, ni notre eau. La…

Continuer la lecture

Premier amour…

Teste inédit faisant partie d'un livre d'art à venir…Pourquoi les petites filles sont-elles roses ? Lili, la mienne, ma première, n’était que ça : rose partout, un éclat fuchsia de tissus et de peau. Sa langue et son odeur aussi, le goût malabar de sa peau. Le bonheur que j’avais de la revoir chaque année me faisait mal, presque peur. Avec cette connerie de cœur qui bat et tous le reste qui, tout autour, disparait. Plus qu’elle. Y’avait plus qu’elle. Elle et moi, à jouer à la poupée avec son berceau en bambou, et au docteur évidemment. Pendant des milliers d’heures. Plus qu’elle, et l'âme qui part au galop en éclaboussant tous sur son passage, le cœur qui fait gicler les vagues, avant de ralentir et, tout ivre, battre l’amble. Un dimanche, en plein mois d’août, elle a disparue. Les volets de sa maison étaient clos et ils ne se sont jamais rouverts. Je venais voir tous les jours. Le soir aussi. Deux semaines plus tard, elle n’était toujours pas là. Et elle ne…

Continuer la lecture

« Le Diner de Con » version écrivain.

"Le dîner de con !" ou "Invite un écrivain-encore-vivant à nager à tes côtés et regarde-le se noyer" En attendant de repartir me dissimuler au fond du bassin, je relis une dernière fois ce qui "devrait" être le "roman du retour" de Mallock dans les bacs… oupa, maybe baby, car oui, je m'tate ^^Quand je vois à quel point le marché du livre Français est devenu moisi, frelaté, écrasé, étouffé, rabaissé, bidonné, kidnappé, rendu captif… par la nouvelle politique de matraquage publicitaire et promotionnel délirante de certaine éditeurs-financiers, j'hésite. À quoi bon jeter ses romans à la mer en les sachant voués à l'obscurité d'un l'anonymat planifié ? Toute l'argent de la communication dans le domaine littéraire-polar est désormais mis sur 4 ou 5 tête de gondoles, 1 par éditeur.Est-ce bien raisonnable de me joindre à la table de poker en sachant que le matos est truquée et que les figures, les as et les jokers ont déjà été distribués ? Ne serait-ce pas un peu comme participer volontairement à une sorte de DINER…

Continuer la lecture

10 Mai 2019 : « J’ai la mélancolie du futur » texte de 1999 pour un livre d’art.

Me voilà qui pleure les vacances d’enfance, avec ses journées interminables de jeu et de contemplation. Une vie nouvelle pour des yeux nouveaux, une vie à regarder des choses. Du brin d’herbe au grain de blé, du jour à la nuit, des nuages aux étoiles. Grandes vacances, cette éternité qui revenait chaque année au bout du tunnel scolaire. Paradis après l’enfer. L’été après l’hiver. Avec ses digues et ses guiguis, ses pontons, ses parasols et ses grappes de baigneurs qui rigolent. Petit, peuplé de chimères, j’avais déjà entre les dents le goût du sang et les fracas métalliques d’épopées oniriques. Debout, en mes châteaux de sable, je me rêvais aventurier, barbare barbu, navigateur de mers rouges. Pilote timbré de l’aéropostale, tout fier, emmitouflé en montgolfières, grand enjambeur de cimes, je plantais mon drapeau sur les sommets enneigés du mont Ivresse. Quand il faisait plus chaud, j’allais à l’équateur, explorateur à vapeur. À bord de ma reine africaine, je devenais libérateur d’apeurées et de roses enchaînées à des ventilateurs. J’étais admirable alors, bien que personne…

Continuer la lecture

3 mai 2019 : l’odeur du thé…

Texte extrait d'un livre d'art à venir : J’écris mes étés en bord de mer, et ma mémoire me fait sourire. Comme les photos avec le temps, changent de couleur, les événements changent d’émotion. Ce qui fut pénible ou même tragique engendre souvent la même mélancolie souriante que les instants de bonheur. Parfois les émotions s’inversent et l’on sourit aux malheurs surmontés comme l’on s’attriste aux amours passées. Il faut comprendre que tout bouge, tout meurt un jour, les gens, les pyramides et les villes, les oiseaux et les planètes. Nos destinées sont comme des brins de thé dans l’eau bouillante. J’ai bougé là où rien ne m’appelait. Cent fois, j’ai changé de chemins, d’envie et de coiffures, et je vais changer encore. Déjà, je sens ma vie se cristalliser au fond de la théière, sucre amer, dans un bol de porcelaine, parmi les feuilles de thé, moitié Earl Grey, moitié regret.             Petit, en vacances sur la côte de Nâcre, on prenait de ce thé avec beaucoup de lait chaud quant il faisait trop…

Continuer la lecture

26 avril 2019 : Vieil inédit sur l’écriture.

Mallock 1993 : "J’écris pour moi, aujourd’hui, pour le salut de mon cœur, comme on s’inflige un lavement, une purge, le changement matinal des pansements, le passage du coton d’éther sur les plaies avant de dormir. Je grave mes mots, les uns après les autres, comme on pisse après avoir bu, comme on saigne après le passage émouvant du couteau. Aujourd’hui, moi qui n’ai jamais jalousé l’autre, voilà que je me mets à en vouloir aux bêlements humanitaires des raconteurs de rien, aux best-vendeurs estivaux qui vendent leur médiocrité par milliers, à tous ces animaux littéraires à but cathodique et à usage unique. Aux pisseuses trashs, harpies rouges ou veuves noires, grandes avaleuses de gloire, de fruits flasques et de foutre, egos et lèvres hypertrophiés, qui pensent que leur trou du ventre est le nombril du Monde. Aux précieux ridicules, piliers de Pivots, branleurs d’ego, idéologues pour gogues, ducons en jabots, histrions hystériques, rebelles bêlants, sycophantes manichéistes, vaniteux en velours, tous ces lécheurs de boules, avec leurs pages blanches et le devoir qu’ils se…

Continuer la lecture

19 avril 2019 : Texte inédit sur Notre-Dame de Paris

Extrait d'un roman à venir :Karib’oar et son embarcation n’étaient plus qu’à deux cents pas de Notre-Dame. Le maître Cargo, pour repérer les positions ennemies, leva son regard vers le ciel, et le ciel lui renvoya l’image de Pierre, un visage qu’il n’avait pas oublié. C’était à cause de ces yeux, de ce profil, de l’orgueil désespéré de son cou, que le chef des Cargos avait, pour la première et seule fois de sa vie, tué l’un des siens, d’une flèche en pleine nuque, il y a trois ans déjà. Les cloches avaient résonné comme chaque fois que Théa réclamait un corps pour se satisfaire de son sang. Alors il avait obéi, détruisant l’un de ses plus braves guerriers, afin d’offrir vivante, une nouvelle proie à Théa. Avait-il eu raison ? Mais il n’est plus temps de penser, il est temps de mourir. Alors, puisque se dresse, lacustre, l’édifiant édifice savamment sculpté de prosodies antiques, lui, Karib’oar, trop vieux pour se soucier encore de son corps, trop guerrier pour songer à rompre le combat,…

Continuer la lecture

Notre-Dame de Paris…

En hommage, triste, à Notre-Dame de Paris qui m'accompagne depuis mon enfance, un extrait de mon dernier roman : "Le Principe de Parcimonie". J'en publierai un autre vendredi dans le cadre des textes inédits. Chapitre 53 du "Principe de Parcimonie" : Vendredi 9 décembre Belle nuit sans lune et sans nuages. Il y avait pas moins de 387 marches pour parvenir jusqu’en haut de la Tour Sud. Ockham les avait comptées, le sourire aux lèvres. Ses jambes auraient pu monter bien plus haut, et sans le moindre effort. Il se refit la réflexion : à l’instar de son esprit, son corps était une sorte de perfection. Autre motif de satisfaction et pied de nez au commissaire Mallock : l’entrée qui lui permettait actuellement de monter directement dans la Tour était située rue du Clos Notre-Dame à quelques pas du « 13 ». Une fois arrivé à l’étage des chimères, le Polichinelle jeta en œil vers le bas. La Seine s’étalait comme une sorte de pieuvre gigantesque sur la capitale. Elle en avait simplifié la…

Continuer la lecture

Premier Inédit de la nouvelle série…

Brut' de fonte, voilà un passage 'auto-censuré" qui mettait en scéne l'enlévement de Margot pendant l'affaire du "Principe de Parcimonie". J'avais dépassé le nombre raisonnable de page (l'enlévement s'étalait sur une dizaine de chapitres tout au long du livre). Je garde cependant cette mésaventure pour la placer éventuellement lors d'une prochaine Chronique barbare. Depuis le lundi 24 septembre, l'identité des trois journalistes enlevés par les Talibans étaient connue. Le groupe était constitué de la reine Margot, d'un cameraman-photographe : Pierrick Reck, dit Ric-Rac, et de José Dilota, son preneur de son. Leur mission : ramener du métrage de coupe, des reportages et des l'interviews exclusives. Ils étaient accompagnés de trois militaires dont un infirmier. Face à cette situation, Amédée était impuissant et il détestait ça. Si l'on avait réussi à "loger" les talibans, il aurait été le premier à monter dans un hélicoptère pour en découdre. Suppositoire de Felden pour la douleur, balles dumdum pour la fureur, l'ours en rage aurait même été capable de sauter en oubliant parachute et gilet seconde chance. Un…

Continuer la lecture

Nouvelle Série !

Nouvelle série en attendant la suite : morceaux choisis des "Chroniques Barbares". Extrait N° 1 : passage entre première et seconde partie des "Visages de Dieu" : Au détour du pilier, sous la chaire, il y avait une grande vasque de marbre clair en forme de coquille Saint-Jacques. Dedans, baignant dans son sang, un enfant d’environ un an, maquillé amoureusement comme un ange de fresque. Ses pieds et ses mains dépassaient de la baignoire mortuaire. Son petit ventre gonflé surnageait à la surface, îlot lunaire entouré de pourpre. Mallock fit, pour la première fois depuis la mort de Thomas, un signe de croix, avant de retirer son manteau et de le poser sous le bénitier. Il en sortit le petit compact numérique qu’il avait toujours sur lui, au cas où… – Appelle le 36, demanda-t-il à Léon en lui tendant son portable ! Qu’ils viennent avec les techniciens ! Sans attendre de réponse, il entreprit de prendre la scène en photo. Il tourna tout autour, multipliant les angles. Il fit aussi des plans plus…

Continuer la lecture
Fermer le menu