Mallock ouvre une nouvelle galerie numérique

En attendant l'ouverture d'une section peintures & photos sur ce site, Mallock vient d'ouvrir un Instagram désormais "exclusivement dédié à son travail d'artiste". C'est une galerie qui sera alimentée tous les jours avec d'd'anciennes ou de nouvelles œuvres (peinture, photographie ou technique mixte). C'est à l'adresse ci-dessous, abonnez-vous à ce nv flow et n'oublier pas d'y liker les photos que vous aimez : https://www.instagram.com/mallock_art/  

Continuer la lecture

Interview de Mallock en 20 questions dans « LiberoPensiero » (avec sa traduction)

1) Mallock est un homme solitaire qui aime la mer ? Le monde fait trop de bruits, ses souvenirs aussi. Le commissaire Mallock aime la solitude et le silence. Depuis la disparition de son fils, il est inconsolable. S’il continue à faire la cuisine c’est plus par habitude, un peu comme un poulet décapité qui continuerait à courir. On se bat, on se débat, et ça devient notre vie : un champs de bataille encombré de victoires et de deuils. 2) Le modele de roman policier pour vous. Simenon ou Thomas Harris ? Plutôt un mélange de Thomas Harris, de Céline et d’Albert Cohen, plus divers colorants alimentaires, 10% de graisse animale. Excipients : 0,00002 % de fausse modestie sous forme de traces résiduelles. 3) - L'opinion du commissaire sur les journalistes est terrible. Selon vous la démagogie a pris la place de l'objectivité et les journalistes ne pensent qu' à satisfaire leur rédacteur en chef. Est-ce vraiment comme ça la situation de la presse en France aujourd'hui ? Les journalistes sont asservis (Oooops…

Continuer la lecture

Mallock répond à ses chers impatients…

Lundi 15 octobre 2018, où en est Mallock ? Six romans sont terminés et déposés à la SGDL : "La Mélancolie du Cannibale" Sixième et avant dernière Chronique Barbare "La Folie Gaudi" Thriller d'un nouveau genre (sans le commissaire) "Le Ventre de l'Hippocampe" Thriller d'un nouveau genre (sans le commissaire) "Fallait pas tuer Maman !" Le premier roman "Feel Good" d'une éventuelle trilogie. + "Je donne ma Langue aux Papillons" Roman de littérature blanche bizarre sur la métamorphose d’un homme en… Couverture provisoire "Le Volcan Lunatique" Un roman de littérature blanche se déroulant sur une centaine de siècles. Couverture provisoire

Continuer la lecture
Anurag Kashyap, réalisateur indien, plébiscite « The Face of God »
India's movie director Anurag Kashyap poses during a photo call to present his latest movie "No Smoking" at the Rome International Film Festival October 24, 2007. REUTERS/Dario Pignatelli (ITALY)

Anurag Kashyap, réalisateur indien, plébiscite « The Face of God »

Réalisateur primé en Inde, Anurag Kashyap a placé "The Faces of God", la version anglaise des Visages de Dieu dans ses livres de chevet sur le site Business Standards. Un honneur venant du réalisateur de Gangs of Wasseypur. Un grand merci à lui !         

Continuer la lecture
Crue de Paris : Mallock, un écrivain de thrillers, imagine le scénario du pire
Flooded embankments in Paris

Crue de Paris : Mallock, un écrivain de thrillers, imagine le scénario du pire

Ce que Mallock nous avait raconté au sujet du Principe de Parcimonie. Avant d’être écrivain, je suis Parisien. Hasard ou coïncidence, lorsque j’ai commencé à penser au plan de mon cinquième roman il y a une dizaine d’années, je l’ai conçu dans un Paris inondé par la crue du siècle. Une crue plus terrible que celle de 1910. Ce matin, il pleut encore et je m’interroge : le pire peut-il se produire ? La Capitale est-elle préparée ? Aurais-je dû passer mon permis bateau ? C’est l’un des grands privilèges du romancier que de pouvoir, à sa guise, faire pleuvoir ou décider d’une canicule. Dans Le principe de Parcimonie, je voulais raconter l’histoire d’un tueur assiégeant Paris, ce centre du Pouvoir et nid douillet des élites et des “stars” que cet assassin en costume d’arlequin décide de prendre pour cible. Mais comment décrire, une fois de plus, ma ville ? Elle avait déjà été le décor de deux enquêtes de mon commissaire de police préféré. Lire la suite

Continuer la lecture

PARCIMONIE encore !

LIRE :https://gruznamur.wordpress.com/2016/02/11/le-principe-de-parcimonie-mallock/http://leblogdecarolegoubelle.blogspot.com/2016/01/lu-et-approuve-mallock-principe-de.htmlhttps://blacknovel1.wordpress.com/2016/03/09/le-principe-de-parcimonie-de-mallock-fleuve-noir/http://quatresansquatre.com/article/chronique-livre-le-principe-de-parcimonie-de-mallock-1454937588http://www.mandor.fr/archive/2016/03/25/mallock-interview-pour-le-principe-de-parcimonie-5779326.html 

Continuer la lecture

Le chapitre « OUBLIÉ » lors du premier tirage des « Visages de Dieu »

  • 26 • Le Chapitre "oublié" lors du premier tirage Sur le pont du Stella Marris, le 8 Janvier 1814.  Dieu avait fait l’homme avec des mains agiles, de petites jambes de montagne, un cerveau capable d’obstination, et l’envie irrépressible de rejoindre la ligne d’horizon. C’était là, sur le pont malmené d’une vieille caravelle, que le Vicomte François-Henri de Salis-Viracalas testait la robustesse de son corps. L’océan dressait chacune de ses vagues, comme autant d’obstacles à franchir pour parvenir aux Amériques. Un vent violent et caractériel engrossait le moindre petit nuage. Venus d’un ailleurs inquiétant des éclairs aiguisés éventraient des cargos cumulus pour les forcer à larguer leur cargaison d’eau glacée. De tout cela, péril et intempérie, François-Henri se réjouissait. À ses yeux, l’océan était la chambre noire d’une révélation symbolique. En le traversant, il allait enfin pouvoir observer et immortaliser ceux qu’il pensait être les premiers humains créés par Dieu, sanguinaires et maquillés : les indiens, ces sauvages colorés aux hurlements pleins de plumes que l’homme blanc appelait peau rouge. Dans son doux…

Continuer la lecture
Fermer le menu