Episode 2. « Derrière la vitrine » : mise en place

Petite déception, ils m’ont mis au fond.. Oui… Mais en petite pile, comme ils disent. Par trois en fait. C’est le chiffre minimum pour mériter de s’appeler pile Je suis donc plusieurs et en pile. D’où une certaine fierté, forcément. Un premier moment de félicité !

Bien éclairé, je regarde autour de moi mes confrères et consœur de gloire. Y’a des vieux de la vieilles, des consacrés, des vantards, des arrivistes, des « comme moi » un peu intimidés, et des trucs bizarres, qu’ils appellent : Beast Sealer, « animaux marins », si je traduit bien.  Ça ressemble à des livres, avec couverture, pages et nom de l’auteur EN ÉNORME. Mais moi qui sais, comme tous les livres, lire les autres livres par simple télépathie, je peux vous dire que ce n’est pas que de la littérature.C’est souvent des faux, des contrefaçons même ! Ça ne raconte rien et ça le raconte mal. Mais que fait la douane ?

Le plus incroyable, c’est qu’ils n’ont pas de titres. Ils s’appellent tous pareils : « Le dernier… suivi de leur nom ». Bizarre, non ? Et on les entend bavasser et dire des bêtises plus grosses qu’eux, s’engueuler même. Une certaine Nothomb traite sa voisine Loana  de pute. Levy traite BHL d’arriviste, ou le contraire. Et quand ils ne s’insultent pas, ils ne parlent que d’une seule chose : la grosseur de leur tirage. Moi qui en est un tout petit, je dois avouer que ça m’a foutu des complexes.  Ils en ont des 100 fois plus grands. On a beau dire, chez nous les livres, que c’est pas la taille qui compte, je n’arrive même pas à imaginer comment ça peut entrer…dans les librairies, je veux dire. 

Enfin et dernière surprise du jour, il y en a partout. Et, le jour même de leur sortie, ils se retrouvent dans les meilleures ventes, les conseils d’achat, les nouveautés et même dans «  le coup de cœur du libraire », lui qui ne l’a même pas ouvert. Comment est-ce bien possible ?

Moi, avec toutes ces bizarreries, j’avais peur pour eux, je me disais qu’ils risquaient de rester en stock et se retrouver dans notre enfer à nous, au… Je n’arrive pas à prononcer le nom. Ne m’en veuillez pas, mais LE PILON, ça y est, je l’ai dit, c’est notre cauchemar. Moi-même, hier soir…

Suite de DERRIÈRE LA VITRINE ici même, si vous le voulez bien

Fermer le menu