Une histoire de Papillons !

Une histoire de Papillons !

À l’abri du bruit, les oreilles sous l’eau, Pierre dérive et s’interroge en vrac. Impossible de donner encore des ordres précis à un esprit qui ne semble plus n’obéir qu’aux pulsions de douleur ou de béatitude.

Pierre se dit que mourir sera l’occasion d’échapper à ce grand fatras de foutre et de poutres où vit l’Homme. Cette Terre qui affiche complet et croule sous ses excréments. Échapper à ces terriens en grappe avec leurs culs qui les grattent. Tous ces fabricants de merde qui se bousculent et s’écrasent, pensent sans compassion, prennent sans modération, ces êtres penchants, non pensants, consternants, faits de la même merde hypocrite dont tout le reste est fait. C’est l’immonde qui gouverne le monde : l’immonde du mensonge et de la médiocrité, de la lâcheté et de l’injustice. Comment ne pas éprouver un minimum de soulagement à l’idée de quitter cet endroit ?

Depuis deux heures, il crawle à un rythme soutenu, encouragé et submergé par un sentiment oublié. Cette même sensation qu’il éprouvait petit, lorsqu’il partait ainsi tout droit sans se soucier vraiment de pouvoir revenir. Être soudain physiquement seul et sentir que ses sentiments tristes, coquillages parasites accrochés à son corps, se décollent les uns après les autres pour couler au fond de l’eau.

Plus de ressentiment, simplement l’oubli doux et une formidable sensation de liberté. Pouvoir choisir de revenir ou de continuer jusqu’à ce que mort s’en suive. Sa vie ne dépend plus du vouloir des autres, ou du désir insensé de ses parents, elle lui appartient enfin, à lui, à lui seul, puisque ne pas retourner, plus jamais retourner et mourir noyé, alternative restée fantasmée jusqu’à ce jour, est enfin possible.

Enfant, lorsqu’il faisait demi-tour épuisé pour revenir vers la côte, il jouait avec la possibilité de ne pas pouvoir parvenir jusqu’à la plage. Hypothèse qu’il mettait en scène simplement : lui, mort dans une église et ses parents en pleurs. C’était sur ce torrent de larmes qu’il crawlait chaque fois en nageant vers la plage. Car à cet instant-là, sa vie prenait corps, même si ce n’était qu’à travers la peine de ses proches, et sa propre mort.

Ils ne l’avaient pas aimé vivant, Pierre espérait que ses parents l’adoreraient lorsqu’il serait mort. Et le pire, c’est qu’il avait certainement raison.

Aujourd’hui, quarante années plus tard, ses sentiments sont différents. Il sait où il va et il sait qu’il ne rebroussera pas chemin. Il se dirige vers un endroit, ou plutôt un moment précis. Il ne sait pas trop lequel, mais il est sûr de son existence. Il y coulera, pierre lourde, dans la mer, artefact parfumé d’iode. Lentement, vertical, en faisant de jolies bulles, de belles perles molles qui remonteront vers la lumière. Il sait qu’il finira par se retrouver, tôt ou tard, allongé, apaisé sur un lit d’algues ou de sable. Avec, pas loin, une épave de galion, comme celui qu’il avait en maquette quand il était petit garçon. Il sera enfin de retour dans sa chambre à chimère.

Délivrée par l’invasion de l’eau, sa collection de papillons s’entrouvrira et les insectes ressuscités remonteront vers le plafond, en battant des ailes. Puis ils trouveront l’orifice de la fenêtre, et retourneront vers la surface. En un dernier effort, ils s’arracheront de l’eau et s’envoleront dans le ciel. Comme si, jamais, un petit garçon les avait épinglés.

Ce sera un grand moment, un instant magique, unique. Même si ce n’est que la réalisation d’un fantasme d’enfant : se noyer en souriant, aimé parmi ses papillons ressuscités.

Laisser un commentaire

*

Fermer le menu