Couv « Censurée » du Calendrier lunaire…

Ci-dessus, ma première proposition de couv. jugée trop sexy 'cause la cht'ite culotte. J'ai du effacer le bras, effacer le string et greffer de la peau à la place. Rassurez-vous, elle n'a pas souffert. Moi, si ! MALLOCK NB: D'ailleurs, de façon général, aucune femme n'a été maltraité pendant la tournage de MOON, BOOB et du Calendrier . jugé, craché…

Continuer la lecture

Chaque page vous prend dans ses bras…(pour mieux vous terrifier)

Dehors, c’était sombre et désert, genre ciré noir délavé virant au sale. Il frissonna. Les rues étaient vides et l’air sentait l’hiver. Seules quelques guirlandes papillonnaient ici et là, trouant la grisaille de leurs ailes de couleur. Le ciel avait des reflets bordeaux, là où l’air absorbait les lumières de la ville. Son parking était à trois pâtés de maisons de chez lui. Arrivé sur place, il mit plus de temps que d’habitude à sortir sa voiture du garage. Elle non plus n’était pas réveillée. Elle non plus n’était plus très jeune et n’avait plus envie d’être tirée du lit au milieu de la nuit.   Cadeau : les 100 premières pages des Visages de Dieu…

Continuer la lecture

MERCI infiniment pour 2010 !

Mes… "Productions" :           Un très grand merci à tout ceux qui se sont intéressés à mon travail ! Chaque livre qui disparait des étalages des librairies pour se frayer un chemin chez quelqu'un est une sorte de PETITE victoire et de GRAND plaisir pour moi. BOOB et le calendrier lunaire, comme MOON l'année dernière, ont rencontrés un franc succès. Merci à tous, avec une mention particulière à MANDOR (et COLLARS pour MOON et BOOB). Lorsqu'on est encore inconnu et que l'on ne fait partie d'aucun réseau, on a fort besoin de ces coups de main plus que providentiels.  

Continuer la lecture

RÉÉCRIRE LES VISAGES !

           « Les Visages de Dieu », bien que sorti après « Le Massacre des Innocents » est le premier tome de la série : « Les Chroniques barbares ». Pas d’inquiétude, ils peuvent se lire dans le désordre, chaque enquête étant indépendante. Quelle est donc l’histoire des ces visages divins ?             « Samedi 25 décembre ! Rouge, le père Noël rajuste sa barbe, verts, des sapins clignotent et, blanche, la neige tombe lentement sur des mises en scènes sanglantes. Celui que l'on a appelé "le maquilleur" travaille ses victimes comme un peintre ou un sculpteur en transformant chacune des scènes de crimes en œuvre d'art macabre. Pour parvenir à l’identifier et tenter de le capturer, Amédée Mallock, commissaire misanthrope devra tout envisager, et surtout le pire. Et si ce "maquilleur" était plusieurs ? Et s'il était immortel ? »              Dans ce livre, à bien y regarder, il n’y a plus guère que le diable qui croit en Dieu. L’iconoclaste détruit corps et visages, et fabrique pieusement des images. Le juste hurle et meurt. Le pardon…

Continuer la lecture
Fermer le menu